La boite à outils de la créativité: le résumé

Le livre de référence d'Edward De Bono sur les techniques de créativitéL’innovation suit 3 étapes:
1. créativité (génération d’idées),
2. définition des caractéristiques produit & test
3. commercialisation & diffusion

Ce livre de référence se concentre sur la créativité et présente un ensemble de techniques pour générer de nouvelles idées.

Pourquoi ce livre « la boite à outils de la créativité »:

Edward De Bono est un des grands pontes de la créativité sur le plan international. Il a rédigé de nombreux livres et méthodes dans le sujet. J’ai choisi de résumer ce livre car il présente un large panorama et la plupart des techniques présentées ici (focalisation, provocation, entrée aléatoire etc.) se retrouvent dans toute la littérature sur les techniques de créativité. Vous pourrez trouver de nombreux autres livres sur les techniques et exercices de créativité, néanmoins, les principes de chacune de ces techniques restent souvent similaires. Je résumerai un ou deux autres livres sur le sujet un peu plus tard dans l’année afin de lister quelques autres techniques très pratiques et largement répandues.

Je souhaite également casser quelques « préjugés » sur la créativité avant de commencer le résumé: il s’agit ici de « créativité business », c’est à dire de la capacité à générer de nouvelles idées qui répondent à un problème précis. Ce livre n’aborde pas la question de la créativité artistique et de la créativité comme expression de soi.
Par ailleurs, la mise en place d’une culture de l’innovation et de processus d’innovation est peu abordée dans ce livre et fera l’objet d’articles ultérieurs.

  • Longueur du livre: 456 pages
  • Longueur du résumé: 10 pages
  • Temps de lecture approximatif du résumé: 10 à 15 minutes

Résumé du livre « la boite à outils de la créativité »:

La créativité est un enjeu stratégique: elle permettra aux organisations (entreprises, associations, état, etc.) de soulever les défis majeurs qui les attendent, de surpasser les concurrents et de créer de nouveaux marchés.

L’obstacle majeur à la créativité est la perception: les concepts forgés par les mots figent notre perception des choses et donc les idées qui peuvent émerger. En plus, notre éducation (à part dans le domaine artistique) est essentiellement basée sur ce qui est et non ce qui serait.
Notre cerveau, à la naissance, est comme un terrain vierge où toutes les directions sont possibles. Au fur et à mesure de notre vie, notre formation, le langage,… créent des habitudes et nous creusent ainsi un « ruisseau » confortable duquel il devient très dur de sortir. Nous percevons donc les produits, les services, les besoins,… depuis ce « ruisseau ». Les techniques de créativité ont pour but de nous forcer à remettre en cause ces schémas de pensée inconscients pour découvrir d’autres possibilités.

Technique #1: Les 6 chapeaux de la réflexion
C’est un moyen d’animer une réunion et d’évaluer des propositions en groupes. Cela consiste pour l’animateur de la réunion à dire aux participants de mettre tour à tour un chapeau des couleurs suivantes (cela peut se faire réellement avec de vrais chapeaux !):

  • blanc: les participants donnent uniquement des faits et chiffres sur une situation
  • rouge: les participants donnent leur sentiment, sans le justifier ni s’excuser
  • noir: les participants critiquent
  • Jaune: les participants partagent les bons côtés d’une solution proposée et doivent être optimistes
  • Vert: les participants cherchent de nouvelles idées (cela correspond à l’utilisation des techniques décrites par la suite)
  • bleu: c’est le moment de la synthèse, de conclure, de décider

Pratique #2: Définir l’objectif d’une séance de créativité
Souvent, une mauvaise définition d’un problème empêche de voir les solutions. Il s’agit donc en début de séance de bien définir le problème. Ceci semble être du bon sens, si bien que cet exercice n’est jamais vraiment mené sérieusement.
Commencez par lister un objectif de créativité. Puis essayer de lui trouver des formulations alternatives, puis de changer les mots de l’énoncé, puis de détailler un peu plus le problème, afin d’arriver au niveau de détail qui vous semble le bon.
Au plus vous pouvez définir le problème précisément, au plus des idées précises pouront émerger.
Attention également à ne pas préjuger de la solution dans la formulation du problème.
Exemple d’objectif: obtenir des pistes pour améliorer l’atterrissage des avions (on pourrait même être encore plus précis)

Pratique #3: La focalisation
Cela consiste à s’intéresser à une niche inhabituelle sur un problème, un service, un produit, une tâche, une difficulté, un élément de l’environnement, etc. Le but est de développer votre sensibilité, pour regarder les choses sous un angle inhabituel.
L’auteur conseille de prendre régulièrement quelques minutes pour se concentrer sur une partie d’un objet, sur une partie de son environnement, de se forcer à regarder des détails ou des choses déconnectées. Cette habitude pourra décupler vos facultés créatives progressivement.
exemple 1: dans une entreprise de service, concentrez-vous sur une sous-tâche du processus sur laquelle vous ne vous être jamais attardé en particulier. Si vous n’y arrivez pas, choisissez une sous-tâche de chaque tâche, jusqu’à arriver à un point de plus en plus précis jamais étudié.
exemple 2: mettez vous dans la peau d’un type de client particulier, un peu inhabituel (vous devez lister un personnage avec 2 contraintes physiques et 2 traits de caractères très précis, puis imaginer ce qu’il vit en consommant votre service)
NB: Les cours d’improvisation sont aussi très bien pour développer cette capacité :)
exemple 3: pour chercher des pistes d’amélioration de l’atterrissage des avions, on peut se focaliser sur les roues, la piste, le revêtement du sol, la communication avec la tour de contrôle, le ressenti des passagers, l’amortissement des sièges, etc. ainsi, chacun de ces points de focalisation peut être le déclencheur de nouvelles solutions… reste à creuser!

Technique #4: Le challenge
Cette technique consiste à remettre en cause tout ce qui a toujours été ainsi jusqu’à aujourd’hui pour envisager des terrains neufs.
Prenons la recherche de pistes pour améliorer l’attérissage des avions. Décrivez précisément la manière dont cela se déroule aujourd’hui puis posez les questions suivantes:
– Pourquoi ci? Pourquoi ça?
– Pourquoi du pourquoi du pourquoi (surtout utile pour des procédures bureaucratiques)
– Et si on ne pouvait plus faire ainsi?
– Et si on enlevait telle composante?
– Et si on utilisait telle technologie?
– Et dans ce contexte…, comment ferions nous?
– Et si la structure de coûts évoluait?
– Remettez en cause les postulats évidents (que l’on a parfois du mal à formuler :)
– Remettre en cause les limites de ce qui est faisable, acceptable, autorisé, même si cela n’est pas justifié (par exemple remettre en cause la sécurité sur un vol aérien)
– se focaliser sur des facteurs particuliers, qui peuvent changer le cours des choses
Attention: le but est seulement de déstabiliser les croyances habituelles, même si il est évident que la sécurité en avion continuera à demeurer; le fait de remettre en cause des croyances permet d’ouvrir des idées neuves inattendues (c’est un peu magique, mais ça marche!).

Ce type d’exercice marche d’autant mieux quand un animateur externe anime la séance.

Il est également possible de trouver des points de focalisation sur le service étudié et de trouver des alternatives à chacun de ces points

  • quel service requiert le même but que nous dans un autre domaine,
  • quel service a également cette caractéristique,
  • quel concept équivalent a un fonctionnement similaire,…

exemple: dans notre cas de l’atterrissage d’avion, on pourrait se focaliser sur chacun des points fixes tels que le frottement entre l’avion et le sol, la tranquillité des passagers, la visibilité de la piste d’atterrissage,… chaque paramètre pouvant être changé pour donner de nouvelles idées et ainsi changer l’expérience de l’attérissage.

Technique #5: L’éventail des concepts
Formulez une idée (un service ou un produit), en déduire un concept, puis en déduire une orientation (les grand principes).
Ensuite, de cette orientation, vous déduisez un autre concept, duquel découlera une idée similaire à l’idée originale mais nouvelle.
En bref, allez du particulier au général puis du général au particulier! 

NB: Pour savoir si un concept est le bon, demandez-vous si il pourrait décrire autre chose de très différent (dans ce cas, il faut que vous en changiez la description). Pour identifier les concepts, il est intéressant de réfléchir au but, au mécanisme, à la description ou à la valeur d’un service ou produit.

Technique #6: La provocation et le mouvement
Cela consiste à modifier brutalement la perception d’un service ou d’un produit pour aller vers de nouveaux horizons.
Pour élaborer une provocation, commencez par formuler « nous tenons pour acquis que … » au sujet de votre objectif de créativité. Ensuite:

  • inversez les termes de ce que vous tenez pour acquis,
  • ou exagérez un élément quantifiable (le volume, la fréquence, la température, …)
  • ou appliquer un souhait fantaisiste (Et si…).

Vous pouvez commencer aussi vos provocations par « Pô » ou « Et si…? ».

exemple: pour chercher des idées dans le domaine des boissons du petit déjeuner, vous partez de la phrase « je tiens pour acquis que je bois mon jus d’orange » pour formuler la provocation suivante « Pô, le jus d’orange me boit ».

C’est alors qu’entre en jeu le « mouvement »: Cela consiste à accepter les propositions erronées, fausses et absurdes élaborées ci-dessus pour se focaliser sur les différences avec le réel, les avantages potentiels, une représentation image par image de cette absurdité, voir dans quel cas cette situation absurde pourrait être justifiée. Il ne faut pas critiquer mais se plonger dans cette situation…
>>Ainsi, progressivement, notre perception change et de nouvelles idées émergent!

Techniques #7: L’entrée aléatoire
Cela consiste à choisir un mot au hasard, à définir ses caractéristiques puis à appliquer les caractéristiques identifiées à la résolution du problème.
Pour choisir un mot clé aléatoire, par exemple, ouvrez un livre à une page au hasard, et choisissez le premier nom commun qui apparait en haut à gauche.
Ensuite décrivez ses caractéristiques, puis cherchez comment ses caractéristiques peuvent vous donner des idées pour résoudre votre problème.

Comment animer une séance de créativité avec ces techniques:

Lors d’une séance de créativité ou d’une réunion, vous pouvez toujours utiliser les 6 chapeaux pour modérer l’auditoire et notamment éviter qu’un leader empêche les autres membres d’exprimer ce qu’ils pensent.

De manière standard, vous pouvez commencer une séance par la technique #2 ou préparer ce travail en amont et demander aux participants de le valider. La technique #3 peut également être utilisée pour proposer des angles d’attaques différents sur un même procblème.

Ensuite, je vous conseille de vous focaliser sur une ou deux techniques parmi les techniques #4 #5 #6 et #7. Puis de discuter les résultats obtenus à l’aide de la technique #1.

Attention, ces techniques ne garantissent jamais une réussite à 100%. Comme l’auteur met en garde, miser sur la créativité est un risque… mais le risque est encore plus grand de ne pas chercher à innover!

Pour aller plus loin:
La boîte à outils de la créativitéest disponible actuellement sur Amazon France à 27,55€ et au même prix également sur fnac.com

crédit photo: CC ruisseau/ Christian Bachellier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *