[accès à l’eau] 5 technologies qui changent le monde

accès-à-l'eau-potable-technologies-qui-changent-le-mondeOn est 7 milliards à vivre sur Terre. Parmi nous, 2,4 milliards de personnes sont privées d’eau pour boire ou faire pousser les aliments qui les font vivre !

Alors que la situation se dégrade dans les grandes villes… quelles innovations facilitent l’accès à l’eau ?

1. Stocker l’eau de pluie sous forme solide

1,5 grammes de polyacrylate de potassium, substance ultra-absorbante, et à priori non toxique, permet de stocker 1 litre d’eau sous forme solide.

Il est conseillé de déposer cette poudre dans la terre au pied des plantations afin que dans les zones de sècheresse l’eau reste stockée dans le sol. Cela permet d’éviter la sècheresse et de réduire la consommation d’eau.

Voici une petite démonstration en vidéo:


L’eau solide, une arme anti-sécheresse prometteuse par Ahjenelesavaispas

Autre point: cette technique peut aider à économiser l’eau pour l’agriculture urbaine.

2. Les filtres à eau à base de nanoparticules

Le chimiste indien Thalappil Pradeep a mis au point un filtre à eau qui, pour 2€, permettrait de filtrer au moins 1 500 litres d’eau initialement impropre à la consommation.

Le système fonctionne avec des nanoparticules d’argent qui s’oxydent au contact de l’eau et libèrent des ions qui annihilent virus et bactéries. Les ions neutralisent également les substances toxiques comme le plomb ou l’arsenic.

Pour plus d’infos, vous pouvez consulter l’article paru sur le Journal de la Science: Accès à l’eau potable, le filtre qui pourrait tout changer.

3. Transformer l’humidité de l’air en eau potable

L’université Ingénierie et Technologie de Lima et une agence de publicité ont mis au point un panneau publicitaire qui capte l’humidité de l’air et la transforme en eau potable, grâce à un filtre à charbon. L’eau est ensuite stockée dans un réservoir.

Ce système permet de générer près de 10 000 litres d’eau tous les 3 mois, de quoi satisfaire les besoins d’une centaine de personnes.

Il existe aussi une carafe qui se remplit toute seule en captant l’humidité de l’air.

4. L’irrigation solaire au goutte à goutte

Il suffit de deux bouteilles en plastiques (respectivement 1L et 5L) pour que la terre soit irriguée grâce à l’évaporation de l’eau présente. Ce système permet d’économiser de l’eau et garantit une terre constamment irriguée. Bref, une technique intéressante pour développer l’agriculture urbaine également… et qui coûte quasiment rien!

Pour les détails pratiques, c’est par ici.

5. La pioche et la pelle: de la malnutrition à l’abondance

En 1985, Rajendra Singh arrive dans une région quasi-déserte du Rajasthan en Inde. Les sols sont complètement asséchés, l’eau ne pénètre plus dans les sols et rien ne pousse. La population souffre de malnutrition et les puits d’eau potable sont asséchés. Pour y remédier, Rajendra Singh décide de réintroduire une méthode traditionnelle de culture des sols qui avait été abandonnée lors de la colonisation: les bassins de terre appelés johads.

Face au scepticisme de la population locale, il décide de creuser lui même un premier bassin. A raison de plusieurs heures de travail par jour, il met 3 ans à créer le premier bassin à l’aide de pioches et de pelles. Ensuite, de nombreuses personnes le rejoignent dans cette tâche et construisent 50 johads en 1 an.
Bilan: 26 ans plus tard le district bénéficie de 10 000 structures d’acheminement d’eau qui desservent 700 000 habitants dans un millier de villages. Le retour de l’eau a transformé l’économie locale: la population est désormais auto-suffisante sur le plan alimentaire, sans pesticides ni engrais.
Egalement, le système d’irrigation est géré démocratiquement et ce projet a permis de dépasser les querelles habituelles entre partis, castes, villages,…

De la même manière, en Afrique, l’histoire d’un homme est fascinante: Yacouba   Sawadogo, jeune fermier illétré du village de Gourga, au Burkina Faso, a réussi à enrayer la désertification. Il s’est réapproprié une technique traditionnelle, le zaï. Cette technique consiste à creuser dans les champs des cavités d’une vingtaine de centimètres, dans lesquelles on dépose les semences et un peu de compost. Ainsi, quand la saison des pluies arrive, l’eau de pluie reste piégée par ces cavités et fait germer les graines. Cette histoire a fait l’objet d’un documentaire: « L’Homme qui a stoppé le désert ». Evidemment, d’autres personnes et communautés ont aussi oeuvré pour raviver ces techniques traditionnelles et les faire évoluer.
Pour en savoir plus sur ces histoires et sur les alternatives existantes, je vous invite à lire l’excellent livre de Bénédicte Manier: « Un million de révolutions tranquilles ».

Bref, des savoirs traditionnels, couplés à des innovations politiques sont parfois bien plus prometteurs que les seules innovations technologiques ! De quoi relativiser le rôle des technologies qui peuvent favoriser l’endettement et la dépendance…

Evidemment, cet article est très loin d’être exhaustif, de nombreuses autres innovations existent: récupération systématique des eaux de pluie, etc.

Et pour vous, quelles sont solutions les plus prometteuses ? Les solutions technologiques sont-elles plus prometteuses que les savoirs traditionnels ?

Crédits photo: http://www.ob.org/

3 réflexions sur “[accès à l’eau] 5 technologies qui changent le monde

  1. Merci pour cet excellent article que je vais partager avec plaisir.
    Juste une précision, j’ai regardé la vidéo de la partie 3 et apparemment le panneau publicitaire peut alimenter 100 familles et non pas 100 personnes.

    1. Merci pour le retour et le partage !
      Effectivement, j’ai calculé le nombre de litres d’eau produit par jour, sachant que le dispositif produit 9 450 litres en 3 mois. Soit 9450/90=105 litres/jour. De quoi alimenter en eau 105 personnes par jour, à raison de 1L par personne environ.

  2. Ces solutions sont intéressantes et résoudraient beaucoup de problèmes mais pour de l’eau disponible immédiatement et/ou en grandes quantités elles ne semblent pas idéales…. En ce moment on remarque qu’il y a une floraison des techniques plus naturelles que les méthodes de traitement classiques avec des plantes pour traiter l’eau. Par exemple, le traitement avec les roseaux devient populaire comme ce que fait EpurNature par exemple… Mais une méthode qui m’a frappée est l’utilisation des algues , par exemple http://www.heliopurtech.com/index.php?option=com_content&view=article&id=4&Itemid=4
    Il y a énormément de technologies innovantes….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *